«

»

Nov 24

L’histoire du mec qui voit des stérilets partout (ou comment faire du bruit pour rien)

Alors bon, j’ai bien longtemps hésité sur ce billet puisque finalement l’affaire s’est dénouée. Mais bon ça me trottait, ça me trottait.

On parle tous de la même chose, l’interdiction d’une tweetclasse dans l’académie de Grenoble pour des raisons de sécurité. Alors finalement, tout va bien, la tweetclasse fonctionne désormais. mais comment, pourquoi en est t-on arrivé là? Hein  oui comment peut-on prétendre de problèmes de sécurité pour interdire une tweetclasse? Alors ça se passe un peu comme sur la vidéo suivante.

Rien à voir diront ce qui ne me connaissent pas. Ben tout à voir en fait bande de nazes.

Car l’affaire révèle en fait tous les défauts de l’organisation interne des services informatiques dans une académie (prenons en une fictive, cela fonctionne de la même façon partout). Dans une académie, il y a deux services, les missions tice qui s’occupent en général (oui je précise en général parce que faut voir dans certaines) de la pédagogie, et les DSI qui s’occupent des réseaux. Je simplifie un poil parce que je sais que vous êtes des quiches.

Premier défaut, les missions tice qui s’occupent de pédagogie, ne sont jamais consultées sur rien. Ce sont les DSI qui sont consultées. Oui parce que les DSI elles s’occupent de sécurité, et donc elles sont jugées aptes. On ressent déjà le fonctionnement Educ nat de base, on consulte parce que l’organigramme dit qu’il faut consulter, mais on ne vérifie pas les compétences. Pourquoi demander des compétences pédagogiques pour un projet éducatif?

Alors comment on interdit une tweetclasse. Alors c’est assez compliqué, il peut y avoir plusieurs niveau, mais le blocage est similaire à tous les niveaux. prenons quelqu’un d’assez incompétent pédagogiquement  ou alors compétent il y a 25 ans. Mettons le soit à la tête de l’inspection académique (enfin d’une parce qu’il y a aussi différents niveaux) ou à la tête d’une DSI (si vous connaissiez le parcours réel des dirigeants de DSI vous seriez surpris). Bref, vous prenez quelqu’un qui a été mis dans un poste pour des compétences techniques (ou de l’incompétence). Attention je ne dis pas que ces gens sont incompétents, ils sont justes recrutés sur des critères qui ne conviennent pas. bref, on va encore simplifier, on va prendre un chef de DSI dans une académie quelconque.

Ce bonhomme, ou cette bonne dame, est recruté car elle est un manager hors paire (;-)) . Il est très bon, il l’a bien montré en manageant une équipe énorme dans les assurances. bref,  cette personne,  est douée pour diriger donc elle a le poste. Mais cette personne a un gros défaut que personne ne connaît, elle traîne sur des sites louches. Enfin louche tout est relatif, mais elle adore passer ces soirées sur Gynecologiehardcore.com. Chacun ses fantasmes.

Jusque là, pas grand mal pour personne. mais voilà! Une maîtresse d’école veut monter une tweetclasse. Elle a plein d’idées, beaucoup d’imagination et veut changer le quotidien de sa classe. Elle lance son projet, en parle à son inspecteur, et c’est parti. Mais voilà, peu de temps après, badaboum, la tweetclasse est interdite pour des raisons de sécurité.

Revoyons la scène au ralenti.

L’inspecteur, très au fait de la chose (ben oui faudrait pas leur demander d’être au fait non plus), demande au rectorat ce que tout ce truc implique. parce que l’inspecteur, très au fait du monde moderne, ne sait pas ce qu’est twitter. Au rectorat, on le renvoie vers les gens habilités, la DSI (non parce que un service des usages pédagogiques ne serait pas adapté). A la DSI, on reçoit la nouvelle comme un tollé. Quoi Twitter mais c’est pas hébergé chez nous ça, on va pas pouvoir, c’est risqué! Alors comme tout dans un rectorat ça remonte. Et ça remonte au chef. Et le chef de la DSI, si bon dans le management. Rappelons nous que le c hef de la DSI traîne sur Gynecologiehardcore.com. Dès qu’il entend parler du projet, il pense à son site et imagine le stérilet de la maîtresse. Parce qu’il voit tellement de choses sur le net qu’il ne voudrait pas quand même confondre sa vie privée et le professionnel. Alors il dit, non, c’est dangereux, on interdit.

Alors voilà pour résumer comment cela peut se passer. Enfin peut, parce qu’imaginez que les gens placés à la tête des différents services, ne sont pas tous sur gynecologiehardcore.com, d’autres ont une vision bien pire du net.

Alors l’histoire ne dira pas si la maîtresse a un stérilet.

A l’heure où l’on parle de refondation, il faudra peut être s’interroger sur le fonctionnement globale de l’Educ Nat.  Qui on met où et pourquoi? Refonder c’est refaire des fondations, ce n’est pas faire deux trois modifs qui laisseront le système tel qu’il est.

Ce n’est que mon humble avis. Alors il est où le rapport avec la vidéo de départ. Non aucun, comme vous l’aurez compris je suis débile, Juste dans l’histoire de départ, on va tirer sur une personne parce qu’elle a décidé de bloquer. Mais en fait, fallait peut être juste consulter les bonnes personnes, il est peut être là le grand défaut du système éducatif.  Brûlons l’organigramme!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>